Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

Michel Vâlsan - Étude introductive pour la présentation et la traduction des Futûhât.
ÉTUDE INTRODUCTIVE POUR LA PRÉSENTATION
ET LA TRADUCTION DES FUTÛHÂT AL-MAKKIYYAH

Le Cheikh al-Akbar Muhyu-d-Din Ibn 'Arabî (né en 560/1165 à Murcie (Espagne), mort en 638/1240 à Damas) est l'auteur le plus important du Tasawwuf et l'un des plus abondants de toute la littérature arabe. Ses écrits se chiffrent par centaines, et certains atteignent des dimensions imposantes. Une Ijâzah (licence d'enseignement) conférée par lui au Sultan Al-Muzhaffar Bahâ'u-d-Dîn al-Ayyûbî, en 632/1234 (donc six ans avant sa mort) porte une liste de 290 titres (1), et l'auteur dit qu' « il a fait mention seulement de ceux de ses ouvrages dont il a pu se rappeler, car il y en a un grand nombre : le plus réduit est de la dimension d'un cahier, et le plus volumineux dépasse cent tomes. » Des auteurs ont estimé que ses ouvrages seraient de l'ordre de 400 à 500 titres ; on est allé même, sans doute par manière hyperbolique, à parler de 1 000 ouvrages. En fait, d'après l'inventaire de Brockelmann, basé sur les catalogues des bibliothèques publiques et les éditions imprimées, on attesterait aujourd'hui, ainsi, l'existence de 239 ouvrages, chiffre qu'il faut réduire encore du fait de doubles titres repris séparément pour un même ouvrage ou d'attribution erronée au Cheikh al-Akbar, d'ouvrages appartenant à d'autres auteurs. Nous laisserons volontiers à d'autres la tâche de déterminer la liste des ouvrages écrits par le Cheikh al-Akbar, et d'établir l'inventaire de ceux qu'on atteste dans les manuscrits connus ou dans les éditions faites jusqu'ici. Ce qui est déjà évident, c'est l'immensité et la variété de cette œuvre qui, en comparaison avec les œuvres d'autres auteurs du Tasawwuf, est insuffisamment étudiée jusqu'ici du fait même de ses dimensions (2).

Or, ce qui domine dans cette œuvre, ce sont les Futûhât, ouvrage encyclopédique constituant la synthèse de l'enseignement du Cheikh al-Akbar, et consistant dans 560 chapitres d'étendue fort variée, mais dont certains atteignent les proportions de grands volumes. Dans l'édition de la Dâri-l-Kutubi-l-‘Arabiyyati-l-Kubrâ (Le Caire 1329/1910), les Futûhât sont réparties en quatre gros volumes ayant les nombres de pages suivants : 763+804+567+571 = 2705 pages, formai in-4° (3). Ceci équivaut à l'étendue de 300 traités ordinaires du même auteur, car la plupart de ceux-ci sont d'une dimension de huit pages imprimées in-4°, ou vingt pages d'une édition in-8° moins serrée (4). C'est dire qu'on a là autant de matière que dans les autres écrits du même auteur attestés comme subsistant aujourd'hui dans les manuscrits ou imprimés (5). Cette importance ressortira encore mieux si l'on tient compte que beaucoup des petits ou des grands traités ont été repris par l'auteur, partiellement ou même intégralement, dans le cadre des Futûhât dont la rédaction, s'étendant sur plus de trente ans de la deuxième moitié de la vie du Cheikh al-Akbar (6), absorbait progressivement les éléments des écrits parallèles. A part cela, on trouve de nombreux renvois des autres traités aux Futûhât et inversement, de sorte que les autres écrits apparaissent comme des annexes naturelles de cet ouvrage capital et synthétique de l'enseignement spirituel de l'Islam.

La richesse et la variété de contenu des Futûhât est sans égale : on y trouve des exposés de doctrines métaphysique, théologique et jurisprudentielle, de cosmogonie et de cosmologie, sur la Science des Lettres, sur la constitution de l'être humain, une eschatologie très développée, l'étude des rites institués, des pratiques et des techniques spirituelles, des « états » (ahwâl), des « demeures » (manâzil), des « condescendances » (munâzalât), des « stations » (maqamât), des typologies spirituelles prophétiques, les catégories et les fonctions ésotériques, des considérations cycliques er apocalyptiques, etc. Certains de ces points sont exceptionnellement développés, comme les parties sur les degrés du Souffle Rahmânien, les Noms divins, les moyens incantatoires (hâjirât), les Pôles, etc. Il n'y a presque pas de point de l'enseignement traditionnel islamique, aussi bien exotérique qu'ésotérique, qui n'ait trouvé une place dans cette « Somme », et pourtant les Futûhât sont tout autre chose qu'un ouvrage didactique ou une compilation. Tout y est profond et savant, mais tout y est basé « sur la connaissance intuitive et directe », de l'auteur, bi al-kashf, comme il l'affirme lui-même, ajoutant qu'il ne s'en rapporte jamais pour ses attestations à ce que d'autres ont pu dire sur les sujets dont il parle. Pour les choses « inédites » qu'il révèle d'habitude, il ne manque pas de souligner qu'il est le premier à en parler. Dans tous les domaines et sur toutes les matières, le Cheikh al-Akbar exerce ainsi un contrôle sur l'enseignement de ses prédécesseurs qu'il confirme ou rectifie, mais qu'il éclaire toujours d'une lumière nouvelle.

Il apparaît ainsi que l'étude de l'œuvre du Cheikh al-Akbar doit être centrée sur celle des Futûhât. Or, étant donné la richesse et l'étendue de cette œuvre même, il est nécessaire de commencer par une étude de ses textes liminaires, du plan de ses matières et de sa structure générale. Un tel travail comporte une traduction de certains textes et de la Table des Chapitres. Nous sommes en train de réaliser ce travail introductif à l'étude des Futûhât et par là même à l'ensemble de l'œuvre du Cheikh al-Akbar.

(1) [L’Ijâzah a été publiée par Badawî sous le titre Autobibliografia de Ibn ‘Arabî (Al-Andalus, Vol. 20, Fasc. I, pp. 107-128, Madrid-Grenade, 1955). L'autre « autobibliographie », le Fihris, a été éditée par Korkis 'Awwâd (Revue de l'Académie arabe de Damas, n° 3-4, 1954 ; n°1 de 1955 et supplément n°2-3, 1955), et par 'Afîfî (Revue de la Faculté des Lettres de l'Université d'Alexandrie, 1954, VIII). Aucune de ces éditions n'est établie sur les manuscrits originaux ou les plus anciens, et on remarquera, d'autre part, que le nombre d'ouvrages mentionnés varie considérablement selon les documents consultés. Nous publierons prochainement ces deux écrits du Cheikh al Akbar à partir des manuscrits que Michel Vâlsan a rassemblés. Les notes entre crochets sont de la Direction ou de la Rédaction.]

(2) [En 1964, Osman Yahia a recensé 846 écrits attribués au Cheikh al Akbar sous 1590 titres (Histoire et classification de l’Œuvre d'Ibn ‘Arabî, pp. 547-600) ; certains de ces écrits sont douteux ou apocryphes (ibid., pp. 74-75).]

(3) Pour donner une idée de ce que cela constitue, nous dirons que si l'on compte quatre pages de texte français in-8° pour une page d'arabe in-4°, la traduction de l'ensemble des Futûhât s'étendrait sur plus de 10 000 pages !

[L'édition critique d'Osman Yahia compte 14 volumes (1972-1991) ; elle s'arrête au chapitre 161 compris. Une édition complète en huit volumes a été publiée à Beyrouth en 1994.]

(4) Cf. la récente édition de Hayderabad (Decan, 1948), qui présente, en deux volumes in-8°, 29 de ces traités de dimensions ordinaires, allant de 7 à 92 pages d'une composition très espacée [désormais réunis en un volume sous le titre Rasâ’il].

(5) Nous parlons de ceux qui sont attestés d'après les catalogues des bibliothèques publiques. Beaucoup des ouvrages qui figurent dans l'Ijâzah ou dans les listes des bibliographes orientaux, et dont on n'atteste pas de manuscrits, doivent se trouver dans des bibliothèques privées ou dans la main des hommes de la Voie (surtout quand il s'agit de traités « réservés » pour certaines catégories initiatiques).

(6) Exactement depuis 598/1201 jusqu'en 629/1231, mais un deuxième exemplaire écrit de la main de l'auteur fut terminé en 636 (deux ans avant sa mort), et comme il le dit lui-même dans les dernières lignes du texte imprimé, « cette nouvelle copie autographe contient des adjonctions par rapport à la première. »

Sommaire du 1er
Volume des Futûhât

L'ouvrage que nous préparons ainsi comprendra :

1. Une Etude introductive : historique, bibliographique (7), structurale et doctrinale des Futûhât (8).

Un exposé du plan de traduction de l'ensemble des Futûhât.

2. La traduction de la Préface du livre compassée de trois parties :

a) l’Avant-propos (al-khutbah) ;

b) l’Epître en vers adressée à ‘Abdu-l-'Azîz al-Mahdawî ;

c) la Dédicace des Futûhât au même.

3. La traduction intégrale de la Table des Chapitres des Futûhât.

Il y en a 560 dont les titres sont en général assez longs : chaque titre prendrait en moyenne deux lignes de texte, en petits corps.

Certains chapitres, surtout ceux de grande étendue, sont divisés en sections ou paragraphes portant également des titres qui doivent être aussi traduits, afin de permettre une meilleure et plus complète identification des matières. Il en sera ainsi des chapitres suivants : le 73ème (avec plusieurs sections et 155 paragraphes), le 198ème (50 paragraphes), le 351ème (16 paragraphes), le 369ème (23 paragraphes) et le 558ème (100 paragraphes). Ce développement représente plus de la moitié des titres des chapitres seuls. Il y aurait ainsi à traduire plus de 900 titres : à compter deux lignes par titre, il y aurait 1 800 lignes pour la traduction de la seule table des matières.

En dehors des développements de chapitres sus indiqués, il y en aurait éventuellement d'autres d'un genre plus particulier. Les chapitres 68, 69, 70, 71 et 72, qui traitent respectivement de la Purification rituelle, de la Prière, de l'Impôt légal, du Jeûne et du Pèlerinage, ont chacun une grande quantité de paragraphes titrés (entre 100 et 200 pour chacun) ce qui ferait une matière nouvelle qui doublerait la précédente. Nous hésitons à introduire ce développement car cela demanderait à. ajouter un trop grand nombre de pages. La décision finale dépendra des possibilités financières d'édition.

4. La traduction de l'Introduction (al-Muqaddimah) qui contient aussi les textes relatifs aux trois credo (‘aqâ’id) :

a) celui des musulmans simples (ahl al-Islâm wa al-taqlîd) ;

b) celui des savants littéralistes (‘ulamâ’ al-rusûm) ;

c) celui de l'élite (ahl al-ikhtisâs) (9).

5. Un essai de reconstitution du credo ('aqîdah) de la Quintessence de l'Elite (khulâsah al-khâssah) au sujet duquel le Cheikh al-Akbar dit qu'il n'en a pas traité de façon aussi spéciale « en raison de ce qu'il y a en cela de difficile à saisir et d'équivoque (ghumûd) », mais qu'il l'a « disséminé dans les chapitres de ce livre, d'une façon complète et claire, seulement par tranches, de sorte que celui qui recevra de la part d'Allâh le don de sa compréhension, le reconnaitra et le distinguera de ce qui en est différent, car ce credo correspond à la Science Vraie et à la Parole Sincère, au-delà desquelles il n'y a plus de cible à atteindre. A cet égard, l'intuitif et l'aveugle sont égaux, les « éloignés » rejoignant les « rapprochés », et les inférieurs les supérieurs. »

6. La traduction du 1er chapitre des Futûhât intitulé :

« Au sujet de l'Esprit au détail de la constitution duquel j'ai puisé ce que j'ai inscrit dans ce livre. Les secrets qui sont entre moi et cet Esprit. » (10).

7. La traduction du 2ème chapitre des Futûhât intitulé :

« Les degrés des Lettres et des Motions vocaliques dans le monde. Les Noms divins qui leur correspondent. Les Paroles. La Science, le Savant et le Su.

Ce chapitre a trois sections titrées :

a) Sur les Lettres et leurs degrés ;

b) Sur les Motions vocaliques par lesquelles se distinguent les Paroles, c'est-à-dire sur les « petites lettres » ; (11)

c) Sur la Science, le Savant et le Su » (12).

8. La traduction du 3ème chapitre des Futûhât intitulé :

« Sur la transcendance de Dieu par rapport au sens littéral des qualifications qu'Il S'est appliquées Lui-Même dans Son Livre et dans les paroles de Son Envoyé, et qui énoncent des similitudes et des apparences corporelles, alors qu'Il transcende sublimement ce que profèrent les injustes » (Cf. Coran, 17, 43).

9. La traduction du 4ème chapitre des Futûhât intitulé :

« Sur la cause du commencement du Monde et les degrés des Noms divins par rapport à l'ensemble du Monde. »

10. La traduction du chapitre des Futûhât intitulé :

« Sur les Secrets du verset Bismillâh al-Rahmân al-Rahîm et sur les secrets de la Fâtihah considérée selon un point de vue spécial, non pas selon tous les points de vue. »

L'ensemble du 1er volume sur les Futûhât (avec les notes et les index nécessaires) pourra être de l'ordre de 600 pages. Mais il faudra réserver l'effet de modifications survenues au cours du travail ou exigées par l'éditeur (13).

(7) [Les données historiques es biographiques les plus importantes ont été rassemblées par Mme. Claude Addas dans son ouvrage exemplaire : Ibn 'Arabî ou la quête du Soufre Rouge (Paris, 1989) ; cf. aussi The unlimited Mercifier. The spiritual and thought of Ibn 'Arabî de Stephen Hirtenstein (Oxford, 1999).

(8) [Cf. celle proposée par M. Chodkiewicz dans Les Illuminations de La Mecque (Paris, 1988). Sur la structure cf. la doctrine des « Demeures » et des « Condescendances » (4ème et 5ème sections des Futûhât), on se reportera à René Guénon et l'avènement du troisième Sceau, 2ème partie (Paris, 1991) et aux Etudes complémentaires sur le Califat, 3ème partie (Paris, 1994) de M. Gilis, ainsi qu'aux chapitres 3 et 4 d’Un Océan sans rivage de M. Chodkiewicz.]

(9) [Tous les textes liminaires ont été traduits par Michel Vâlsan. Des extraits de l'Avant-Propos (l’eulogie sur le Prophète) ont été publiés dans let Etudes Traditionnelles, octobre-novembre 1953, dans l'article intitulé : « L'investiture du Cheikh al-Akbar au Centre suprême », qui constitue désormais le chapitre 9 de L'Islam et la fonction de René Guénon (Paris, 1984). Les autres traductions sont inédites. Certains indices nous donnent à penser que Michel Vâlsan souhaitait les revoir avant publication : C'est ce qui nous a autorisés à largement les reprendre, tout en y apportant occasionnellement quelques modifications compléments de détail.]

(10) [Traduction intégrale inédite de ce chapitre par Michel Vâlsan].

(11) [Après avoir analysé ce chapitre, Denis Gril en a traduit des extraits dans Les Illuminations de La Mecque (chap. 8)].

(12) [Traduction inédite de la « section 3 » par Michel Vâlsan].

(13) [Rappelons que ce premier volume était annoncé la fin de l'article de 1953 intitulé « L'Investiture du Cheikh al-Akbar au Centre suprême », en note (cf. L'Islam et la fonction de René Guénon, p. 179).]

L'état actuel du travail

Sur les huit textes à traduire, il en a qui sont déjà finis (n° 2, 3, 4 et 6), d'autres partiellement exécutés (n° 7), d'autres à faire (n° 8, 9, 10).

La suite des Volumes à prévoir
pour la traduction des Futûhât

Le volume 2 de la traduction des Futûhât comprendra les chapitres 6 à 58, qui s'étendent entre les pages 197 et 290 de la 2ème édition.

La matière de ces chapitres ne forme pas une suite cohérente, mais, dans l'ensemble, lesdits chapitres concernent plus ou moins alternativement les grands sujets suivants :

a) la création de l'univers à différents degrés ;

b) la création de l'homme et la Terre Primordiale ;

c) une doctrine sur les cycles cosmiques et humains ;

d) une doctrine de la Prophétie et de la Sainteté (14).

*

Le volume 3 comprendra un résumé seulement des chapitres 59 à 65 (pages 290 à 322), dont le sujet est la science eschatologique de l'islam.

*

Le volume 4 comprendra un résumé seulement des chapitres 66 à 77, (pages 322 à 767), cette matière comportant trop de détails et d'extension : il s'agit des obligations et des rites de la Loi.

*

Le volume 5 comprendra le seul chapitre 73, qui traite abondamment des catégories et des hiérarchies ésotériques de l'Islam.

*

Il est trop tôt pour envisager, pour le moment, la répartition des autres volumes des Futûhât.

(14) [Le chapitre 20 « Sur la Science propre à Jésus » a été traduit pat Michel Vàlsan dans les E.T., 1971, n° 424-425 ; désormais chapitre 5 de L'Islam et et la fonction de René Guénon.

Le chapitre 45 « Sur celui qui « revient » (vers les créatures) après être « parvenu » (à la Vérité suprême) et sur Celui qui le fait revenir », traduit par Michel Vâlsan dans les E.T., 1953, n° 307.]

Travaux distincts mais à poursuivre
parallèlement aux Futûhât

Parallèlement, avec la série de volumes de traduction de l'ouvrage capital du Cheikh al-Akbar, il y a intérêt à publier les textes et les traductions de certains autres écrits du même auteur, pour la plupart inédits, et qui ont un rapport précis avec les différents chapitres des Futûhât. Ce sont des textes auxquels cette grande encyclopédie emprunte des parties, ou auxquels elle renvoie, ou enfin d'autres ouvrages qui peuvent venir éclairer ou compléter ses matières.

Ainsi pour les seuls textes liminaires, il y a lieu d'envisager parallèlement plusieurs recueils de ces écrits secondaires. Traduction et éventuellement édition des textes arabes.

- I -

Le 1er de ces recueils devrait contenir des écrits ayant un caractère autobiographique et qui éclaireront plus spécialement les rapports personnels entre l'auteur des Futûhât et leur destinataire, le Cheikh ‘Abdu-l-'Azîz al-Mahdawî.

En adjoignant d'autres sources, ce volume pourra contenir la matière d'une biographie complète du Cheikh al-Akbar. On peut prévoir que les traités qu'il inclura seront les suivants :

1. la Correspondance échangée entre le Cheikh al-Akbar et le Cheikh ‘Abdu-l-'Azîz (l'identification de ces textes est une découverte personnelle) ;

2. l’Epître aux Compagnons du Cheikh ‘Abdu-l-'Azîz ;

3. l’Epître de la Sainteté (Risâlah al-Quds), adressée au Cheikh ‘Abdu-l-'Azîz ;

4. La Transmission de l'Habit initiatique (Nisbah al-Khirqah) ;

5. données autobiographiques puisées dans différents écrits, et divers renseignements pris chez d'autres auteurs (disciples, historiens, bibliographes, etc.) (15).

- II -

Un 2ème recueil, qui sera tout à fait indépendant du précédent, devra être constitué par quelques traités de caractère introductif à l'étude du Tasawwuf :

1. Le Livre de l'Extinction dans la Contemplation (Kitâb al-Fanâ' fî al-Mushâhadah) ;

2. L'Epître à l’Imâm ar-Râzî ;

3. Le Livre des Termes techniques des Soufis (Kitâb al-Istilâhât al-Sûfïyyah).

La traduction des traités prévus pour ce volume est pratiquement finie. (16)

- III -

Un 3ème recueil contiendra des ouvrages portant sur les credo :

1. Aide-mémoire des notables et credo des êtres d'élite (Tadhkirah al-khawâss wa 'aqîdah ahl al-ikhtisâs) ;

2. Le Livre de la Connaissance première (Kitâb al-Ma’rifah al-ûlâ).

De ces textes de grande étendue, le deuxième est presque fini ; le premier est à peine entamé (17).

- IV -

Un 4ème groupe d'ouvrages est en rapport avec la Science des Lettres (‘Ilm al-Hurûf), dont traire le grand chapitre 2 des Futûhât. En cette matière, le Cheikh al-Akbar a plusieurs écrits distincts qui devraient être présentés ensemble, et dont les plus importants sont :

1. Le Livre des Lettres (Kitâb al-Hurûf)

2. Le Livre des Trois Lettres : Mîm, Wâw et Nûn.

Quelques autres traités dont les titres se rapportent expressément a la Science des Lettres, comme le Livre de la Lettre Alif, le Livre de la lettre Bâ', le Livre de la Lettre Yâ', devraient faire un groupe à part, dont la place n'est pas malgré tout clans ce 4ème recueil. Ces trois derniers traités sont à peu près complètement traduits et annotés.

- V -

Un 5ème groupe d'ouvrages sera en rapport avec la matière du 6ème chapitre des Futûhât : dans ce cas, il s'agira de la traduction du Kitâb Inshâ’ al-Dawâ'ir wa al-Jadâwil, cité souvent dans les textes du début des Futûhât. Idem, peut-être, pour les Tadbîrât al-ilâhiyyah, et ‘Uqlah al-mustawfiz. Nyberg a fait une édition critique de ces trois textes qui restent à traduire (18).

- VI -

Enfin un 6ème groupe d'ouvrages concernera le chapitre 5 relatif à la Basmalah et à la Fâtihah.

On peut prévoir pour le moment les traités suivants :

1. Tafsîr Fâtihah al-Kitâb ;

2. Kitâb al-Jalâlah  (19).

MICHEL VÀLSAN

(15) [Les points I et 2 seront traités à partir des manuscrits que Michel Vâlsan a découverts.

L'Epître de la Sainteté a été traduite en espagnol par Asin Palacios : Vidas de Santones andaluces (Madrid, 1933) ; en anglais par Austin : Sufis of Andalusia (avec la Durrah al-fâkhirah, Londres, 1971), et en français à partir de cette traduction : Les Soufis d'Andalousie (Paris, 1979).

La Transmission de l'Habit initiatique a été édité et traduit par Claude Addas sous le titre Le Livre de la Filiation spirituelle (Marrakech, 2000).]

(16) [Le Livre de l'Extinction dans la Contemplation a été traduit dans les E.T. en 1961 (n° 363, 364 et 365) et publié en un volume (Paris, 1984).

L'Epître à l’Imâm ar-Râzî traduite dans les E.T. en 1961 (n° 366-367).

Le Livre des Termes techniques des Soufis : traduction intégrale inédite du Michel Vâlsan. Ce recueil a fait l'objet d'un mémoire de maîtrise d'arabe présenté par A. Vâlsan (Paris III-Sorbonne).]

(17) [L'Aide-mémoire a été traduit par Roger Deladrière sous le titre La Profession de Foi (Paris, I978). D'après Denis Gril, cet ouvrage ne serait pas du Cheikh al-Akbar (cf. Bulletin critique des. Annales islamologiques, T. 20, 1984, pp. 337-339).

Le Livre de la Connaissance première : traduction intégrale inédite de Michel Vâlsan].

(18) [Kitâb Inshâ’ al-Dawâ'ir wa al-Jadâwil a été publié et traduit : La production des cercles, par Paul Fenton et Maurice Gloton (Paris, 1996).

'Uqlah al mustawfiz a été traduit en italien par Mme Carmela Crescenti sous le titre Il nodo del sagace (Milan, 2000).]

(19) [Kitâb al-Jalâlah a été traduit par Michel Vâlsan : Le Livre du Nom de Majesté « Allâh », E.T., 1948 (n° 268, 269 et 272).

Ici se termine la publication des documents que Michel Vâlsan avait rédigé, il y a environ cinquante ans, et que nous tenions a faire connaître à titre de témoignage et d'hommage.]

[Michel Vâlsan, article inédit datant de 1951 publié par la revue Science sacrée n°1-2 année 2001, les notes entre crochets « sont de la Direction ou de la Rédaction » de cette revue]

[Note du blog : Le Livre des Trois Lettres : Mîm, Wâw et Nûn a été traduit par Abd ar-Razzâq Yahyâ (Charles-André Gilis). Notons aussi que cet auteur - qui a traduit et commenté intégralement les Fusûs al-Hikam - a traduit aussi de nombreux extraits des Futûhât disséminés dans ses livres à thèmes tels que Les sept étendards du Califat qui concerne pas moins de 90 chapitres de ce livre. Abd ar-Razzâq Yahyâ a étudié dans ses livres la doctrine akbarienne dans un esprit traditionnel en faisant appel notamment aux enseignements de René Guénon et Michel Vâlsan. De nombreux thèmes initiatiques ont été explorés tels que : Pèlerinage, Prière, Zakât, Jeûne, Califat, Esprit universel, Qâf et le Coran Glorieux, Marie, Jésus, Jinns, Petite fille de neuf ans, Tawhîd et Ikhlâs, Shukr,…]

Commenter cet article