Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

Al AlawiDu Point.

 

Le Point était, avant qu’Il ne se révéla par la quiddité de l’Alif, dans l’état de « trésor caché » [7] et les lettres étaient éteintes dans Son fond mystérieux, jusqu’à ce qu’Il Se révéla, précisément parce qu’Il Se voila et prit forme dans les affirmations des lettres, telles que tu les connais ; et pourtant, si tu réalises cela, tu ne trouveras que la quiddité de l’encre, analogue au Point {8] conformément à ce qui a été dit :

 

En vérité, les lettres sont des symboles de l’encre,

Puisqu’il n’y a pas de lettres en dehors de l’encre même.

Leur non-manifestation est dans le mystère de l’encre,

Ainsi que leur manifestation n’est, qu’en tant qu’elles sont déterminées par l’encre.

Elles sont ses déterminations et ses états d’actualité,

Et n’y a là rien d’autre que l’encre - comprends ce symbole !

Et pourtant les lettres sont autres que l’encre,

Ne dis pas qu’elles sont identiques à l’encre,

Sous peine d’erreur, ni que l’encre est identiques aux lettres, ce qui serait absurde

Car l’encre était avant que ne fussent les lettres

Et elle sera encore quand aucune lettre ne sera plus.

Toute lettre est périssante [9], résorbée dans les déterminations essentielles [10]

Sauf le visage de l’encre qui signifie la Quiddité [qualités du Dhât]

Les lettres se révèlent donc et sont pourtant cachées,

Et c’est en cela que consiste la révélation même de l’Encre sublime

La lettre n’ajoute rien à l’encre

Et n’en retranche rien, mais elle manifeste l’intégralité en mode distinctif

L’encre ne s’altère pas du fait que la lettre existe.

Est-ce que les lettres sont indispensables pour que l’encre soit ?

Réalise donc qu’il n’y a pas d’existence [11]

En dehors de l’existence de l’encre, pour celui qui connaît.

Partout où il y a une lettre,

Son encre n’en est pas séparés, comprends ces paraboles !

 

Le sens de ces vers est que rien ne se manifeste dans les lettres mêmes, sauf la quiddité de l’encre, désignée ici par l’encre absolue, du fait que la totalité des lettres est indistinctement contenue dans la réalité de l’encre, soit avant qu’elles se soient révélées, soit après, la lettre -même après sa manifestation- n’ayant pas d’existence propre en dehors de l’encre. Les lettres ne sont qu’en vertu de l’être du Point et non pas par elles-mêmes.

 

[7] Suivant la parole bien connue (hadith qudsi) « J’étais un trésor caché désirant être connu, je créai la création ».

[8] La quiddité, étant au-delà de l’essence et de la substance, peut être symbolisée, aussi bien par l’indivisibilité du point que par l’homogénéité d’une substance unique, comme l’encre.

[9] Allusion au verset coranique « Toute chose est périssante, sauf son visage. » Le participe présent « périssante » indique que les choses ne périssent pas seulement après avoir existé mais que périr est, pour ainsi dire, leur substance même.

[10] Ou : dans les idées (platoniciennes), Ayân, pluriel de Ayn.

[11] Wudjûd signifie à la fois « Etre » et « Existence ».

 

(Ahmed Ben Mustafa Ben Alliwa – Le Prototype Unique – Revue Etudes Traditionnelles N°224-225, Août-Septembre 1938– Remarques préliminaires, traduction et notes de Titus Burckhardt).

Commenter cet article