Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

IqraeLorsque Dieu eut pris la décision de créer le monde de la consignation par l’écrit (al-tadwîn wa-l-tastîr) (l’écriture apparaît comme une extériorisation des « paroles divines non proférées »), Il désigna l’un de ces anges chérubiniques, qui fut le premier de ces « anges lumineux » à se manifester, et lui donna le nom d’Intellect (‘Aql) et de Calame (Qalam). Il se montra à lui en un support de manifestation (que l’on pourrait qualifier) d’enseignement gracieusement dispensé (Ta’lîm wahbî, litt. : la science donnée par opposition à la science acquise, équivalent du ‘ilm al-ladunnî) afin de lui faire connaître les créatures qu’Il voulait existencier sans qu’on puisse assigner un terme (à cette création).

 

De par (la constitution de) son essence, l’Intellect reçut (litt. : accepta) la science de ce qui allait être (litt. : de ce qui est), ainsi que la connaissance des Noms divins attribués à Dieu et qui exigeaient la mise en œuvre (çudûr) de ce monde créé. Il fit dériver de cet Intellect une autre existence en la personne de la Table (al-Lawh) (symbole de l’Ame universelle, c’est sur cette Table gardée que le Calame ou l’Intellect universel (al-‘Aql al-Kullî) inscrit de manière indélébile tout ce qui est à venir) puis Il ordonna au Calame de se rapprocher d’elle et d’y inscrire tout ce qui allait s’y dérouler jusqu’au Jour du Jugement, et rien d’autre.

 

Dieu attribua trois cent soixante dents à ce Calame à cause de sa « nature de Calame » et trois cent soixante autres plumes ou « épiphanies » à cause de sa « nature d’Intellect ». Chaque plume puise à trois cent soixante catégories de sciences synthétiques (‘ulûm ijmâliyya) dont le Calame restitue ensuite le détail sur la Table gardée. Tel est le recensement de toutes les sciences en ce monde jusqu’au Jour du Jugement. La Table en prit connaissance lorsque le Calame les eut déposées en son sein et c’est de là que naquit la Science physique (litt. : science de la nature, tabî’a). Parmi toutes les sciences dont Dieu voulut la création, elle fut la première à voir le jour au sein de la Table gardée et tout cela se produisit dans le monde de la pure lumière !

 

(Muhyî-d-Dîn Ibn Arabî, Extraits du Chap.13 des Futûhât : De ceux qui portent le Trône divin; traduit par A.Penot)

 

Commenter cet article