Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

La ilaha illa AllahC’est le dhikr au moyen de l’Attestation de l’Unité (Tawhîd) par la négation de ce qui est autre que Lui. Or ceci ne correspond à rien d’effectif ! Si cela ne correspond à rien et si tu nies la négation elle-même, en réalité tu affirmes. Allâh – qu’Il soit exalté ! – a dit : « Et ton Seigneur a décrété de toute éternité que vous n’adorerez que Lui… » (Cor.17.23 : wa qadâ rabbuka a-llâ ta’budû illâ iyyâHu…). Rien donc n’est adoré en ce qui est adoré, si ce n’est Allâh.

 

Ce Tawhîd comprend trente-six Attestation, je veux dire : mentionnées dans le Coran en tant qu’il est la Parole d’Allâh. Parmi elles, il y a le Tawhîd de l’Unique (1). Pour cette raison, le point de vue de quelques savants « divins » (2) est que c’est Lui, Allâh, qui a déclaré unique l’Unique. Sans Sa propre Attestation de l’Unité de l’Unique, il n’y aurait pas là Quelqu’un qui puisse dire qu’Il est Unique ! C’est donc Sa propre Unicité (wahdâniyyatu-Hu) qui a manifesté l’Unique.

 

Parmi elles, il y a le Tawhîd d’Allâh (3). C’est le Tawhîd de la « Qualité divine » (Ulûhiyya).

Parmi elles, il y a encore le Tawhîd de l’Ipséité (Huwiyya).

Tout cela, nous le mentionnerons dans cette section, ainsi que les Noms divins qui interviennent dans le Tahlîl ; nous n’ajouterons rien à ce qui est mentionné expressément dans le Coran à ces trente six endroits.

 

Il s’agit du dixième des degrés de la Sphère par les mouvements de laquelle Allâh existencie les êtres produits de diverses sortes : appartenant au monde des esprits, à celui des corps, aux mondes de la lumière et des ténèbres.

 

Ces trente six sont le Droit d’Allâh (Haqq Allâh) frappant les êtres existenciés produits dans le monde. Ils le sont dans la prononciation même que l’Homme fait dans le Coran (4). C’est donc comme la dîme de ce qu’a proféré (ou « mis en circulation ») le Ciel. Il s’agit du Ciel qui est appelé « le plus élevé » dans Sa parole « Loue la transcendance de Ton Seigneur le plus élevé ! » (Cor.87.1 : sabbihi sma rabbika-l-a’lâ). Le Tahlîl est ainsi le dixième du « Dhikr ». C’est aussi son aumône légale (zakât) car c’est le Droit d’Allâh ! Il s’agit donc de la dîme des trois cent soixante degrés !

 

(1) Cf. le premier Tawhîd.

(2) C’est-à-dire « réalisés » du point de vue initiatique.

(3) Cf. le Tawhîd 26 et 32.

(4) Il s’agit ici de l’Homme universel.

 

(Cheikh al-Akbar Muhyî-d-Dîn Ibn Arabî, Al-Futûhât Al-Mekkiyyah, extrait du chap.198 : De la Connaissance du Souffle du Tout Miséricordieux et de ses secrets, trad. Charles-André Gilis, Le Coran et la fonction d’Hermès, p.9 et 10).

Commenter cet article