Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

Réunion ArabesRecommandation 25 : choisis des fréquentations bénéfiques.

 

Tu dois côtoyer celui dont la fréquentation est bénéfique à ta foi grâce à sa science dont tu tires profit ou son action ou sa vertu et son bon caractère. En effet lorsque l’homme s’assoit avec celui dont la fréquentation lui rappelle la Vie Future, il s’en orne nécessairement selon le degré de réussite que Dieu lui accorde en ce domaine. Ainsi, par cette transition, c’est comme s’il a Dieu pour commensal dans le dhikr car le dhikr c’est le Coran qui est le plus grand dhikr. En effet Dieu – qu’Il soit exalté – a dit : « C’est Nous qui avons fait descendre ce dhikr (Rappel) » (Coran, 15/9), c'est-à-dire le Coran. Il a dit aussi : « Je suis Le Commensal de celui qui Me mentionne ». De même, l’Envoyé de Dieu – qu’Allah prie sur lui et le salue ! – a dit : « Les gens du Coran sont les gens de Dieu et Son élite ». Or, l’élite du roi comprend en général ses commensaux et ses familiers. Et Dieu possède les Qualités Sublimes qui sont les Plus Beaux Noms divins. Ainsi, celui qui fréquente Dieu est Son familier qui obtient nécessairement de Ses nobles qualités en fonction de la durée de sa fréquentation. De même, celui qui s’assoit avec des gens qui mentionnent Dieu, Dieu l’englobe avec eux dans Sa miséricorde. En effet, ils sont les gens dont l’habitué de leurs séances n’est jamais réprouvé : comment donc celui qui fréquente Dieu peut-il être réprouvé ? Surtout qu’il est rapporté dans le hadith bien établi : « Le bon convive est comme le vendeur de musc : s’il ne t’en donne pas, tu es touché par son odeur ; et le mauvais convive est comme le forgeron : si tu évites ses étincelles, tu n’échappes pas à sa fumée ».

 

C’est dire que celui qui fréquente les gens douteux s’expose au soupçon en raison de la suspicion générale chez les gens à l’égard des hommes à cause de la perversion de leur intérieur. Il y a ici un point utile que je t’indique et que les gens omettent souvent. Il invite à avoir une opinion des gens afin que ton intérieur soit exempt du mal. Ainsi, lorsque tu vois un individu qui cohabite avec les mauvais et que tu le considères comme bon, tu ne dois pas avoir une mauvaise opinion sur lui en raison de sa compagnie avec les mauvais. Au contraire, tu dois avoir une bonne opinion des gens mauvais pour avoir tenu compagnie à cet homme bon et tu dois aborder cette occasion dans la perspective du bien, non du mal. En effet Dieu n’interroge jamais quelqu’un au Jour de la Résurrection sur la bonne opinion qu’il a des créatures mais Il l’interroge sur la mauvaise opinion qu’il a des créatures. Ceci te suffit comme conseil, si tu l’acceptes, et comme une recommandation si tu la pratiques.

 

Cela dit, pour celui qui mentionne son Seigneur, sa vie est en permanence ininterrompue et ne s’arrête pas avec la mort car il est vivant, même s’il est mort, par une vie meilleure et plus parfaite que celle de l’homme mort sur le chemin de Dieu, sauf si celui qui est tué sur le chemin de Dieu faisait partie de ceux qui mentionnaient Dieu. Dans ce cas, il aura la vie du martyr et celle de l’homme qui mentionne Dieu. Donc le dhâkir (celui qui mentionne Dieu) est vivant même s’il est mort et celui qui ne mentionne pas Dieu est mort même s’il était dans le bas-monde parmi les vivants, car il vivait par une vie animale tandis que le monde vit par la vie du dhikr (Mention de Dieu). En somme, celui qui mentionne son Seigneur et celui qui ne mentionne pas Son Seigneur sont semblables au mort et au vivant. Voilà l’exemple que donne l’Envoyé de Dieu – qu’Allah prie sur lui et le salue ! –.

 

Quant à ce que j’avance dans ma recommandation pour toi sur le dhikr en affirmant que celui qui mentionne Dieu est meilleur que le martyr qui ne mentionne pas Dieu, c’est en raison du hadith authentique de l’Envoyé de Dieu – qu’Allah prie sur lui et le salue ! –  où il dit : « Voulez-vous que je vous indique ! » ou comme il a dit : « ce qui est meilleur pour vous que de combattre votre ennemi pour qu’il vous tranche la nuque ou que vous tranchiez la sienne ? C’est le dhikr de Dieu ». Il a évoqué le fait de trancher des nuques, qui est le martyr. Donc, la mention par le serviteur de son Seigneur est meilleure que la mort en martyr. Et comme il est bien établi d’après lui que celui qui mentionne Dieu est vivant, il ressort de tout cela que la vie de celui qui mentionne Dieu est meilleure que celle du martyr qui ne mentionne pas son Seigneur- qu’ll soit exalté et magnifié -.

 

(Cheikh Muhyî-d-Dîn Ibn Arabî, Kitâb al-wasâyâ, traduit de l’arabe par Mohamed al-Fateh : Paroles en Or, édition Iqra)

Commenter cet article