Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

Ayat-al-Kursi-11.jpgRecommandation 40 : Des recommandations prophétiques Muhammadiennes à l’imam ‘Ali (2).

 

Ô Ali ! Lorsqu’on te loue dis : « Mon Dieu ! Fais que je sois meilleur que ce qu’ils disent, pardonne-moi ce qu’ils ignorent et ne me tiens pas rigueur pour ce qu’ils disent ! » Tu seras ainsi préservé de ce qu’ils disent.

 

Ô Ali ! Lorsque tu jeûnes le jour dis au moment de rompre ton jeûne : « Mon Dieu ! C’est pour Toi que j’ai-jeûné et c’est avec Tes subsistances que j’ai rompu mon jeûne ! » On inscrira ainsi pour toi la rétribution accordée à tous ceux qui ont jeûné ce jour-là sans qu’ils ne perdent rien de leurs propres rétributions. Et sache que chaque jeûneur a une invocation : s’il dit au moment de la rupture de son jeûne en prenant la première bouchée : Au Nom de Dieu, Le Tout-Miséricordieux, Le Très Miséricordieux, Ô Toi qui pardonne avec largesse ! Pardonne-moi ! Il lui sera pardonné. Sache aussi que le jeûne est une protection contre le feu.

 

Ô Ali ! Ne te mets pas en face du soleil et de la lune et tourne-leur le dos. Car le fait de se mettre en face d’eux est un mal et le fait de leur tourner le dos est un remède.

 

Ô Ali ! Récite souvent la Sourate Ya-Sîn car sa lecture renferme dix bénédictions : Jamais ne l’a récitée celui qui a faim sans être rassasié ; jamais ne l’a récitée celui qui a soif sans être abreuvé ; ni un homme nu sans être revêtu ; ni un malade sans être guéri ; ni un effrayé sans être rassuré ; ni un prisonnier sans être délivré ; ni un célibataire sans être marié ; ni un voyageur sans être aidé dans son voyage ; ni aucun homme ayant perdu quelque chose ne l’a récité sans qu’il retrouve ce qu’il a perdu ; chaque fois qu’on la récite au chevet d’un malade agonisant, il est soulagé ; celui qui la récite le matin est préservé jusqu’au soir et celui qui la récite le soir est préservé jusqu’au matin.

 

Ô Ali ! Récite la sourate ad-dukhan (la fumée) au cours de la nuit du vendredi (soit le jeudi soir) et tu te lèveras le matin en homme à qui on a pardonné.

 

Ô Ali ! Récite le verset du trône à la fin de chaque prière et tu auras un coeur semblable à ceux des hommes reconnaissants qui rendent grâce, la récompense des prophètes et les oeuvres des justes.

 

Ô Ali ! Récite la sourate al-hashr (le rassemblement) et tu seras ressuscité au Jour de la Résurrection à la l’abri de tout mal.

 

Ô Ali ! Récite les sourates al-mulk (la royauté) et as-sajda (la prosternation), elles te mettront à l’abri des tourments et des horreurs du jour de la résurrection.

 

Ô Ali ! Récite la sourate al-mulk (la royauté) au moment de dormir, elle t’épargnera le châtiment de la tombe et l’interrogatoire des anges redoutables Munkir et Nakir.

 

Ô Ali ! Récite la sourate le culte pur (qul huwa allahu ahad) après avoir fait tes ablutions mineures, on t’interpellera au jour de la résurrection en ces termes : « O Toi le louangeur de Dieu ! Lève-toi et entre au Paradis ! »

 

Ô Ali ! Récite la sourate al-baqara (la vache) car sa récitation est une bénédiction, son abandon est un regret et c’est une sourate que les sorciers ne peuvent supporter.

 

(Cheikh Muhyî-d-Dîn Ibn Arabî, Kitâb al-wasâyâ, traduit de l’arabe par Mohamed al-Fateh : Paroles en Or, édition Iqra).

Commenter cet article