Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

Futûhât

 

Certaines personnes ont autorisé l’imamat de la femme de manière générale (1) sur les hommes et les femmes. Je dois dire aussi que certains ont interdit l’imamat de la femme de manière générale et d’autres ont autorisé des femmes à être imâm sur les femmes sans les hommes.

 

Les considérations (ésotériques) sur la question.

 

Le Prophète - sur lui la grâce et la paix - a témoigné que quelques femmes (2) avaient atteint le degré (initiatique) de la perfection, chose qu’il a attesté pour de nombreux hommes. Ce degré de la Perfection (kamâl) est celui de la prophétie (3) ; et comme la prophétie est un imamat, cela légitime celui de la femme (dans ce cas et au moins) en principe (4) : on ne peut donc décréter l’interdiction de cela de façon générale (dans tous les cas) sans preuve et on doit pouvoir admettre la possibilité de principe de l’imamat de la femme.

 

Sache que l’Homme est en lui-même en principe (min jihat al-ma’nâ) un macrocosme (‘âlam kabîr), même s’il est de petite constitution (5), et c’est pour cela qu’il dit : « C’est Toi que nous adorons » (6) avec le nous du pluriel. Ses organes et membres extérieurs et intérieurs sont soumis aux ordres de : l’intellect (al-’aql), l’âme (an-nafs) et la passion (al-hawâ). Et chacun d’eux dirige la collectivité à un moment donné (7). Ainsi toutes les obéissances (at-tâ’ât) sont proches de l’intellect, les licéités (al-mubâhât) de l’âme et les transgressions (al-mukhâlafât) de la passion. Il fut dit à l’intellect : « lorsque l’âme se lasse de suivre tes propres injonctions et leur exécution au moment de ton imamat et qu’elle promeuve les licéités et qu’elle te dirige, alors suis-la et effectue la prière rituelle derrière elle pour la protéger afin que la passion ne l'égare pas (8). C’est qu’en vérité, la passion la poursuit durant cet état et pourrait la faire tomber dans l’illicite (9). C’est dans une telle demeure (mawtin) que l’imamat de l’âme est permis et c’est celui de la femme. Et l’imamat de l’intellect représente celui de l’homme musulman adulte et savant, enfant légitime, alors que l’imamat de la passion représente celui de l’hypocrite, du mécréant et du corrompu. Enfin, l’imamat de l’âme est celui de la femme.

(1) fa-mina-n-nâs man ajâza imâmat al-mar’ah ‘alâ-l-itlâq.
(2) Mariam fille d’Imrân et Assiâ femme de Pharaon qu’Allâh soit satisfait d’elles.
(3) Il s’agit de la « prophétie générale » (an-nubuwwah al-‘ammah) en tant que degré initiatique à laquelle participent les saints en tant qu’« héritiers des prophètes » (warathatu-l-anbiyâ’) et non de la « prophétie légiférante » (nubuwwat at-tashrî’) qui est « scellée » par le Sceau des Envoyés divins - sur lui la grâce et la paix.
(4) al asl ijâzat imâmatuhâ : le principe (degré de la perfection) autorise (à la femme) son imamat.
(5) En vertu de l’analogie du « macrocosme » et du « microcosme ».
(6) Cor. 1, 5 : iyyâka na’budu.
(7) wa kullu wâhid minhum qad ya’ummu bi-l-jamâ’ah fî waqtin mâ.
(8) izâ sa’amat an-nafs min ittibâ’ika fî-l-umûr al-muqarrabah wa-qtidâ’ihâ bi-ka fî waqti imâmatika wa taqaddamat hiya fî-l-mubâhât wa ammat bi-ka fa-t-tabi’hâ wa salli khalfahâ hâfizan lahâ la’illâ yakhda’uhâ al-hawâ.
(9) fa-inna-l-hawâ yatba’uhâ fî zâlika-l-hâl ‘asâ yûqa’u bi-hâ fî mahzûr.

 

(Ibn ‘Arabî, Futûhât, chap.69, wasl bi-imâmat al-mar’ah ; « communiqué sur l’imamat de la femme », Traduit et annoté par esprit-universel.overblog.com à partir du texte arabe de Ed. Dâr Sâder Beyrouth/1424H, TII, p.83-84).

Commenter cet article

Abdoullatif 02/08/2014 23:19

Merci pour votre remarque qui est tout à fait juste.

Thècle 02/08/2014 11:53

La traduction "en a marre" n'est pas très jolie et n'est pas dans le style d'Ibn Arabi. Je propose "se lasse".