Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
esprit-universel.overblog.com

La tradition islamique est, en tant que « sceau de la Prophétie », la forme ultime de l’orthodoxie traditionnelle pour le cycle humain actuel. Les formes traditionnelles qui ont précédé la forme islamique (Hindouisme, Taoïsme, Judaïsme, Christianisme,…) sont, dans leurs formulations régulières et orthodoxes, des reflets de la Lumière totale de l’Esprit-universel qui désigne Er-Rûh el-mohammediyah, le principe de la prophétie, salawâtu-Llâh wa salâmu-Hu ‘alayh.

L’investiture du cheikh al-Akbar au Centre Suprême 4/6

Alors je procédai à mon discours dans la langue des Savants, et le désignât encore – qu’Allah prie sur lui et le salue ! – je dis :

 

Je louange Celui qui a descendu sur toi le « Livre Caché que ne touchent que les Purifiés » (Cor.56.78-79) et qui descendant la révélation à travers la beauté de ton caractère et la sainteté de ton immarcescible nature, a dit dans la sourate Nûn : « Au nom d’Allâh le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux : Nûn : Par le Calame et ce qu’ils (les fonctions calamiques célestes et terrestres) inscrivent ! Tu n’es pas, par la grâce de ton Seigneur, un possédé ! Tu auras une récompense qui ne sera entachée de reproche. En vérité, tu es d’une Nature Magnifique ! Tu verras et ils verront aussi ! » (Cor.68.1-5).

 

Ensuite, Il trempa le Calame de la Volonté dans l’Encre de la Science, et traça avec la Droite de la Puissance, sur la Table Gardée et Préservée, tout ce qui a été, tout ce qui est, tout ce qui sera, et tout ce qui ne sera pas parmi les choses qui, s’Il avait voulu – et Il ne l’a pas voulu – qu’elles fussent, auraient été comme elles doivent l’être, en raison de Son Arrêt Prédestinateur déterminé et pesé, et selon Sa Science Généreuse et thésaurisée (27). Gloire don à Ton Seigneur, le Seigneur de la Toute-Puissance au-dessus des qualités qu’on lui assigne ! Tel est Allâh l’Unique, l’Un, qui transcende ce que lui associent les associateurs !

 

Le Premier Nom qu’écrivit ce Calame Sublime avant tout autre nom fut : « En vérité, Je veux créer, à cause de toi, ô Muhammad, le Monde qui sera ton Royaume » (28). Je crée donc la substance de l’Eau. Je l’ai créée en dehors du Voile de la Gloire inviolable, pendant que Moi, Je reste « Tel que J’ai été, aucune chose n’étant avec Moi » (29), dans une Nuée (30).

 

Il créa l’Eau, froide, gelée, ronde, ronde et blanche comme une Perle. Il y mit en puissance les réalités corporelles et accidentelles. Ensuite Il créa le Trône et s’y installa selon Son Nom Ar-Rahmân (le Tout-Miséricordieux). Il y plaça l’Escabeau et y appuya Ses Pieds (31).

 

Alors Il regarda cette Perle avec l’Œil de la Puissance, et la Perle fondit de pudeur. Elle se répandit et s’écoula comme Eau. « Et son Trône était sur cette Eau » (cf. Cor.11,9) avant l’existence du Ciel et de la Terre. Il n’y avait alors dans l’existence que les Vérités du Trône, de l’Occupant du Trône et de l’Assise sur le Trône.

 

Ensuite, Il projeta le Souffle (an-Nafas) (32) et l’Eau fut agitée par ses rafales et écuma. Et comme ses ondes frappaient et refrappaient les bords du Trône, elle chanta la louange – de la louange – du Louangé véritable ! Le Pied du Trône en vibra et dit à l’Eau : Je suis Ahmad ! C’est moi qui suis « plus louangé » ! (33)

 

Alors l’Eau roula dans la confusion et, le reflux la ramenant vers le large, elle abandonna sur le bord du Trône l’écume que les vagues y avaient jetée. Ce produit du barattement de l’Eau renferme la plupart des choses. Allâh – qu’Il soit glorifié ! – fit de cette écume la Terre en forme circulaire, amplement étendue en long et en large. Ensuite il fit la Fumée, du Feu qui jaillit du frottement de la Terre lorsque celle-ci se fendit. Dans cette Fumée, Il fit éclore les Cieux élevés, et fit encore d’elle les réceptacles des Lumières et les demeures du Plérôme Suprême. Il y mit ses Etoiles, rehaussées par les Luminaires en correspondances symétriques avec les corolles des plantes dont il décora la Terre.

 

(27) Il s’agit du symbolisme de l’ « Enregistrement et de l’Ecriture » (at-Tadwîn wa-t-Tasţîr) dont se sert souvent le Cheikh al-Akbar pour ses exposés cosmogoniques. Les bases de ce symbolisme sont dans le Coran et dans le Coran et les hadîths. Le Calame (Qalam) est l’Intellect Premier et la Science de la mise en détail (‘Ilm at-Tafşîl) en corrélation d’une part avec l’Encrier (Nûn) qui est la Science de la Synthèse (‘Ilm al-Ijmâl), d’autre part avec la Table Gardée (al-Lawh al-Mahfûz) qui est l’Ame Universelle et le Réceptacle de l’Ecriture (Mahall at-Tadwîn wa-t-Tasţîr).

(28) Référence au hadîth qudsî ésotérique : « N’étais-toi, Je n’aurais pas créé les Sphères » (law laka mâ khalaqtu-l-Aflâk).

(29) Termes d’un hadîth.

(30) La mention de la Nuée (al-‘Amâ’) vient du hadîth où le Prophète, répondant à la question : « Où était notre Seigneur avant qu’Il ne crée les créatures ? » dit : « Dans une Nuée au-dessus et en-dessous de laquelle il n’y avait pas d’atmosphère ».

(31) Les données de ce symbolisme se trouvent dans le Coran et dans les hadîths.

(32) La notion de souffle rahmânien dérive également d’un hadîth.

(33) Ahmad est un des noms du Prophète et signifie « plus louangé ». Ahmad est aussi le verbe « je louange ». On pourrait donc traduire aussi « C’est moi qui louange ».

 

(Muhyî-d-Dîn Ibn Arabî, al-Futûhât al-Makkiyah, khutbat al-kitâb, traduction et notes Michel Vâlsan parues dans la revue Etudes Traditionnelles n° 311, Oct.-Nov. 1953, p. 302).

 

A suivre inchallah…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article