Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

La-GNOSE.jpgAprès ce début en terre d’Islam, Abdul-Hâdi arrivait finalement en France où il rencontra René Guénon qui à la même époque éditait « La Gnose ». C’est là que reprit en 1910, l’activité d’Abdul-Hâdi qui par ses études et surtout des traductions qui s’étendirent jusqu’à la cessation de cette revue avec le n° de février 1912, époque à laquelle se situe le rattachement de Réné Guénon à l’Islam et son initiation au Tasawwuf. Du côté italien, il semble qu’il n’y eut pas à l’époque de conséquences dans l’ordre des études traditionnelles. La guerre de 1914 suspendit même en France toute activité. Abdul-Hâdi étant mort en 1917 à Barcelone, René Guénon resta seul en Europe à continuer à développer dans une perspective totalement universelle l’œuvre esquissée initialement par les « Akbariyyah », jusqu’à ce que les écrits aient suscité d’autres intellectuels dont les plus importants se groupèrent progressivement autour du « Voile d’Isis-Etudes Traditionnelles ». Peu avant, par un mouvement significatif quant aux positions extérieures, Guénon est allé se fixer en Egypte où le Cheikh Elîsh venait de mourir, et c’est de là qu’il exerça sa plus importante activité pendant plus d’une vingtaine d’années : livres, articles et correspondances.

 

L’idée traditionnelle telle qu’on la connaît aujourd’hui en Occident à la suite de l’œuvre de René Guénon, a ainsi historiquement une sûre origine islamique et akbarienne. Cette origine immédiate et particulière n’exclut point qu’elle en ait une autre généralement orientale, car l’unité de direction de tout  l’ordre traditionnel comporte la participation de facteurs multiples et divers, agissant tous dans une parfaite cohérence et harmonie. L’Islam lui-même apparaît dans l’œuvre de René Guénon par ce qu’il y a en lui de plus essentiel et transcendant, et donc de plus universellement traditionnel. Aussi la première intention, qui est aussi la majeure, de cette œuvre, est, à la faveur d’une reprise de conscience des vérités les plus universelles et les plus permanentes, de rappeler l’Occident à sa propre tradition. Les autres conséquences possibles, quel que soit leur degré de probabilité cyclique, ne viennent logiquement qu’à titre subsidiaire.

 

Il était dans l’économie la plus normale des choses que, à l’égard de l’Occident moderne, la fonction intellectuelle de la doctrine traditionnelle prenne son appui immédiat dans l’Islam, car celui-ci est l’intermédiaire naturel entre l’Orient et l’Occident, et par cela il est solidaire, même sur le plan extérieur, de tout l’ordre traditionnel terrestre. C’est cela même qui répond à la question qui concernait le rapport entre la position personnelle islamique de René Guénon et sa fonction doctrinale générale.

 

D’autre part, nous avons trouvé que le sens de son œuvre et les lignes générales de son travail ont été énoncés par son maître le Cheikh Elîsh, qui fut à notre époque une autorité par excellence de l’orthodoxie islamique sous tous les rapports. Ce Cheikh représentait en même temps l’héritage intellectuel du Cheikh al-Akbar Muhy-d-Dîn Ibn Arabî, l’autorité par excellence du Tasawwuf et de la doctrine islamique. Cela répond à l’autre question relative à l’orthodoxie islamique de l’enseignement de René Guénon. Les critères profonds de l’orthodoxie, comme nous l’avons dit, se trouvent dans l’intelligibilité métaphysique de la doctrine, mais, étant données des incompréhensions comme celles que nous avons mentionnées au début, il est tout de même d’une certaine importance de constater aussi que la procession apparente de l’enseignement de René Guénon et de sa fonction s’inscrit en même temps dans une lignée d’autorités dont le caractère manifeste est l’orthodoxie la plus pure et l’intellectualité la plus universelle.

 

(Michel Vâlsan, L'Islam et la fonction de René Guenon, Revue Etudes Traditionnelles n° 305 Janv. - Fév. 1953, p. 14).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Grall Wajid 04/12/2013 16:26

Bonjour,
Tout d'abord merci pour avoir réuni sur ce blog quantité de documents de la plus haute importance.
Je tenais à vous notifier l'absence de la 16e partie de l'exposé concernant la fonction 'L'Islam et la fonction de René Guénon'. Lorsque l'on clique sur cette partie, c'est un article de Valsan concernant le rite écossais qui apparaît !