Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

Michel Valsan mareINTRODUCTION

 

Il existe en Islam une importante littérature relative à l'interprétation du Coran selon les significations purement spirituelles du texte, ce qui correspond donc au point de vue du tasawwuf, mais elle n'est que peu connue à ce jour dans le monde extérieur, et encore moins étudiée par les moyens techniques en usage. Il n'y a, jusqu'ici, en cette matière, ni en Orient ni en Occident, aucun travail de caractère doctrinal, ni même aucune étude historique ou bibliographique d'ensemble ; on peut puiser toutefois de précieuses données bibliographiques dans la Geschichte der Arabischen Litteratur de Brockelmann. Naturellement une étude proprement dite de ce domaine spécial ne pourrait être entreprise que parallèlement à l'édition des textes de base. Les seuls ouvrages appartenant à cette série d'écrits, publiés jusqu'à présent sont ‘Arâ'isu-l-Bayân fi haqâ'iqi-l-Qur'ân (Le Dévoilement des Epousées, écrit traitant des mystères du Coran) de Rûzbihân al-Baqlî (m. 606/1209) (1) et Ta'wîlâtu-l-Qur'ân (Les Interprétations ésotériques du Coran) d'Abdu-r-Razzâq al-Qâshânî (m. 730/1330), qui ont eu tous les deux plusieurs éditions à la fin du siècle dernier.

 

Les commentaires du Coran faits selon ce point de vue essentiellement métaphysique et initiatique appartiennent à ce qu'on appelle plus techniquement le ta'wîl, terme dérivé de awwal, « premier », et signifiant « faire revenir à l'origine » ainsi l'explication d'un verset coranique selon le ta'wîl est, en principe tout au moins, la « remontée au sens premier » dont procède la formulation du texte respectif et qui conditionne d'ailleurs un nombre indéterminé d'acceptions et d'applications subordonnées ; en fait, le plus souvent il s'agit d'une remontée à « un des sens premiers » ou tout simplement à un des sens supérieurs qui n'est plus de l'ordre exotérique. On distingue donc en matière d'interprétation coranique entre ta'wîl et tafsîr, ce dernier désignant proprement le commentaire ordinaire, exotérique, et dont le nom dérive d'une racine exprimant cependant elle même l'idée de « découvrir ce qui est couvert » (kashfu mâ ghutiya) ; toutefois il n'y a pas de spécialisation rigoureuse, le terme de tafsîr avec son sens général d'« explication », « exégèse », pouvant être employé, tout comme son synonyme bayân (2), jusque dans les titres ou les sous-titres des commentaires ésotériques eux-mêmes.

 

Ayant étudié de longue date le Commentaire précité d'Al-Qâshânî, Ta'wîlâtu-l-Qur'ân, et plus particulièrement certaines de ses parties que nous avons aussi traduites, et qui ont circulé d'ailleurs dans des rédactions provisoires de différents côtés, nous pensons qu'il sera intéressant de faire connaître ici un certain nombre d'extraits.

 

Nous commençons par la Préface et le Commentaire de la Fâtihah, première sourate du Coran. Notre traduction est faite sur les éditions de 1283/1870 (Bûlâq) et 1317/1900 (Le Caire, Al-Halabî), mais les deux attribuant par erreur le texte à Ibn Arabî (3), ce qui a d’ailleurs valu une fortune particulière à ce livre, pendant assez longtemps. Nous avons pu les confronter en outre, pour ces premières parties, avec le manuscrit de Berlin 872 (Sprenger 865) (4).

 

(1) Ce commentaire est basé sur celui d'Abû Abd ar-Rahmân as-Sulamî (m. 412/1021), intitulé Haqâ'iqu-t-Tafsîr (Les Vérités profondes de l'Interprétation coranique), qui n'a pas été encore édité.

(2) Cf. Coran, 75, 19.

(3) Ces éditions portent le titre de Tafsîr ; la deuxième est en marge de l’édition du Tafsîr d’Al-Khâzin.

(4) Il est à signaler que ce manuscrit commence, avant la préface, par un Commentaire de la Fâtihah, indépendant du texte d’Al-Qâshânî, et certainement d’un autre auteur qui n’est pas nommé (tout au moins sur les pages dont nous avons une copie photographique). A toutes fins utiles, nous en donnons ici l’incipit : al-hamdu li-Llâh al-Hâmid al-Mahmûd al-Wâjid al-Mawjûd… wa ba’d : hâdhâ ba’d mâ sanaha lî min al-futûhât al-ghaybiyyah wa-l-mukâshafât al-‘ayniyyah… Nous proposons de revenir en une autre occasion sur ce texte.

 

MICHEL VÂLSAN.

 

(Michel Vâlsan, Un commentaire ésotérique du Coran : les Ta'wîlâtu-l-Qur'ân d'Abd ar-Razzâq al-Qâshânî (notice introductive), Etudes Traditionnelles n° 376, Mars-Avr. 1963, p. 73).

Commenter cet article

tarot 16/02/2016 16:59

Bonjour,
Très sympa votre article, par contre avez vous des précisions sur d'Abû Abd ar-Rahmân as-Sulamî car je ne connais pas du tout ce personnage ?
Merci d'avance !