Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

guenons 1932Une telle séparation peut être considérée comme la marque d'une organisation incomplète par en haut, si l'on peut s'exprimer ainsi, puisqu'on n'y voit pas apparaître le principe commun dont procèdent et dépendent régulièrement les deux pouvoirs; le véritable pouvoir suprême devait donc se trouver ailleurs. En Orient, le maintien d'une telle séparation au sommet même de la hiérarchie est, au contraire, assez exceptionnel, et ce n'est guère que dans certaines conceptions bouddhiques que l'on rencontre quelque chose de ce genre ; nous voulons faire allusion à l'incompatibilité affirmée entre la fonction de Buddha et celle de Chakravartî ou «monarque universel» (11), lorsqu'il est dit que Shâkya-Muni eut, à un certain moment, à choisir entre l'une et l'autre.

 

 Il convient d'ajouter que le terme Chakravartî, qui n'a rien de spécialement bouddhique, s'applique fort bien, suivant les données de la tradition hindoue, à la fonction du Manu ou de ses représentants: c'est, littéralement, «celui qui fait tourner la roue», c'est-à-dire celui qui, placé au centre de toutes choses, en dirige le mouvement sans y participer lui-même, ou qui en est, suivant l'expression d'Aristote, le «moteur immobile» (12).

 

 Nous appelons tout particulièrement l'attention sur ceci: le centre dont il s'agit est le point fixe que toutes les traditions s'accordent à désigner symboliquement comme le «Pôle», puisque c'est autour de lui que s'effectue la rotation du monde, représenté généralement par la roue, chez les Celtes aussi bien que chez les Chaldéens et chez les Hindous (13). Telle est la véritable signification du swastika, ce signe que l'on trouve répandu partout, de l'Extrême-Orient à l'Extrême-Occident (14), et qui est essentiellement le «signe du Pôle»; c'est sans doute ici la première fois, dans l'Europe moderne, qu'on en fait connaître le sens réel. Les savants contemporains, en effet, ont vainement cherché à expliquer ce symbole par les théories les plus fantaisistes; la plupart d'entre eux, hantés par une sorte d'idée fixe, ont voulu voir, là comme presque partout ailleurs, un signe exclusivement «solaire» (15), alors que, s'il l'est devenu parfois, ce n'a pu être qu'accidentellement et d'une façon détournée. D'autres ont été plus près de la vérité en regardant le swastika comme le symbole du mouvement: mais cette interprétation, sans être fausse, est fort insuffisante, car il ne s'agit pas d'un mouvement quelconque, mais d'un mouvement de rotation qui s'accomplit autour d'un centre ou d'un axe immuable; et c'est le point fixe qui est, nous le répétons, l'élément essentiel auquel se rapporte directement le symbole en question (16).

 

(11) Nous avons noté ailleurs l'analogie qui existe entre la conception du Chakravartî et l'idée de l'Empire chez Dante, dont il convient de mentionner ici, à cet égard, le traité De Monarchia.

(12) La tradition chinoise emploie, en un sens tout à fait comparable, l'expression d'«Invariable Milieu». – Il est à remarquer que, suivant le symbolisme maçonnique, les Maîtres se réunissent dans la «Chambre du Milieu».

(13) Le symbole celtique de la roue s'est conservé au moyen âge; on peut en trouver de nombreux exemples sur les églises romanes, et la rosace gothique elle-même semble bien en être dérivée, car il y a une relation certaine entre la roue et les fleurs emblématiques telles que la rose en Occident et le lotus en Orient.

(14) Ce même signe n'a pas été étranger à l'hermétisme chrétien: nous avons vu, dans l'ancien monastère des Carmes de Loudun, symboles fort curieux, datant vraisemblablement de la seconde moitié du XVe siècle, et dans lesquels le swastika occupe, avec le signe dont nous parlerons plus loin, une des places les plus importantes. Il est bon de noter, à cette occasion, que les Carmes, qui sont venus d'Orient, rattachent la fondation de leur Ordre à Élie et à Pythagore (comme la Maçonnerie, de son côté, se rattache à la fois à Salomon et Pythagore, ce qui constitue une similitude assez remarquable), et que, d'autre part, certains prétendent qu'ils avaient au moyen âge une initiation très voisine de celle des Templiers, ainsi que les religieux de la Mercy; on sait que ce dernier Ordre a donné son nom à un grade de la Maçonnerie écossaise, dont nous avons parlé assez longuement dans L'Ésotérisme de Dante.

Commenter cet article