Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Abdoullatif

GUENONNous avons fait remarquer incidemment, il y a quelque temps (1), que le monde occidental n’avait à sa disposition aucune langue sacrée autre que l’hébreu ; il y a là, à vrai dire, un fait assez étrange et qui appelle quelques observations ; même si l’on ne prétend pas résoudre les diverses questions qui se posent à ce sujet, la chose n’est pas sans intérêt. Il est évident que, si l’hébreu peut jouer ce rôle en Occident, c’est en raison de la filiation directe qui existe entre les traditions judaïque et chrétienne et de l’incorporation des Écritures hébraïques aux Livres sacrés du Christianisme lui-même ; mais on peut se demander comment il se fait que celui-ci n’ait pas une langue sacrée qui lui appartienne en propre, en quoi son cas, parmi les différentes traditions, apparaît comme véritablement exceptionnel.

 

À cet égard, il importe avant tout de ne pas confondre les langues sacrées avec les langues simplement liturgiques (2) : pour qu’une langue puisse remplir ce dernier rôle, il suffit en somme qu’elle soit « fixée », exempte des variations continuelles que subissent forcément les langues qui sont parlées communément (3) ; mais les langues sacrées sont exclusivement celles en lesquelles sont formulées les écritures des différentes traditions. Il va de soi que toute langue sacrée est aussi en même temps, et à plus forte raison, la langue liturgique ou rituelle de la tradition à laquelle elle appartient (4), mais l’inverse n’est pas vrai ; ainsi, le grec et le latin peuvent parfaitement, de même que quelques autres langues anciennes (5), jouer le rôle de langues liturgiques pour le Christianisme (6), mais ils ne sont aucunement des langues sacrées ; même si l’on supposait qu’ils ont pu avoir autrefois un tel caractère (7), ce serait en tout cas dans des traditions disparues et avec lesquelles le Christianisme n’a évidemment aucun rapport de filiation.

 

1 — Les « racines des plantes », dans le n° de septembre 1946 des Études Traditionnelles.

2 — Cela importe même d’autant plus que nous avons vu un orientaliste qualifier de « langue liturgique » l’arabe, qui est en réalité une langue sacrée, avec l’intention dissimulée, mais pourtant assez claire pour qui sait comprendre, de déprécier la tradition islamique ; et ceci n’est pas sans rapport avec le fait que ce même orientaliste a mené dans les pays de langue arabe, d’ailleurs sans succès, une véritable campagne pour l’adoption de l’écriture en caractères latins.

3 — Nous préférons dire ici « langue fixée » plutôt que « langue morte » comme on a l’habitude de le faire, car, tant qu’une langue est employée à des usages rituels, on ne peut dire, au point de vue traditionnel, qu’elle soit réellement morte.

4 — Nous disons liturgique ou rituelle parce que le premier de ces deux mots ne s’applique proprement qu’aux formes religieuses, tandis que le second a une signification tout à fait générale et qui convient également à toutes les traditions.

5 — Notamment le syriaque, le copte et le vieux slave, en usage dans diverses Églises orientales.

6 — Il est bien entendu que nous n’avons en vue que les branches régulières et orthodoxes du Christianisme ; le Protestantisme sous toutes ses formes, ne faisant usage que des langues vulgaires, n’a plus par là même de liturgie à proprement parler.

7 — Le fait que nous ne connaissions pas de Livres sacrés écrits dans ces langues ne permet pas d’écarter absolument cette supposition, car il y a certainement eu dans l’antiquité bien des choses qui ne nous sont pas parvenues ; il est des questions qu’il serait assurément bien difficile de résoudre actuellement, comme par exemple, en ce qui concerne la tradition romaine, celle du véritable caractère des Livres sibyllins, ainsi que de la langue dans laquelle ils étaient rédigés.

 

L’absence de langue sacrée dans le Christianisme devient encore plus frappante lorsqu’on remarque que, même pour ce qui est des Écritures hébraïques, dont le texte primitif existe cependant, il ne se sert « officiellement » que de traductions grecque et latine (1). Quant au Nouveau Testament, on sait que le texte n’en est connu qu’en grec, et que c’est sur celui-ci qu’ont été faites toutes les versions en d’autres langues, même en hébreu et en syriaque ; or, tout au moins pour les Évangiles, il est assurément impossible d’admettre que ce soit là leur véritable langue, nous voulons dire celle dans laquelle les paroles mêmes du Christ ont été prononcées. Il se peut cependant qu’ils n’aient jamais été écrits effectivement qu’en grec, ayant été précédemment transmis oralement dans leur langue originelle (2) ; mais on peut alors se demander pourquoi la fixation par l’écriture, lorsqu’elle a eu lieu, ne s’est pas faite tout aussi bien dans cette langue même, et c’est là une question à laquelle il serait bien difficile de répondre. Quoi qu’il en soit, tout cela n’est pas sans présenter certains inconvénients à divers égards, car une langue sacrée peut seule assurer l’invariabilité rigoureuse du texte des Écritures ; les traductions varient nécessairement d’une langue à une autre, et, de plus, elles ne peuvent jamais être qu’approximatives, chaque langue ayant ses modes d’expression propres qui ne correspondent pas exactement à ceux des autres (3) ; même lorsqu’elles rendent aussi bien que possible le sens extérieur et littéral, elles apportent en tout cas bien des obstacles à la pénétration des autres sens plus profonds (4) ; et l’on peut se rendre compte par là de quelques-unes des difficultés toutes spéciales que présente l’étude de la tradition chrétienne pour qui ne veut pas s’en tenir à de simples apparences plus ou moins superficielles.

 

Bien entendu, tout cela ne veut nullement dire qu’il n’y ait pas de raisons pour que le Christianisme ait ce caractère exceptionnel d’être une tradition sans langue sacrée ; il doit au contraire y en avoir très certainement, mais il faut reconnaître qu’elles n’apparaissent pas clairement à première vue, et sans doute faudrait-il, pour parvenir à les dégager, un travail considérable que nous ne pouvons songer à entreprendre ; du reste, presque tout ce qui touche aux origines du Christianisme et à ses premiers temps est malheureusement enveloppé de bien des obscurités. On pourrait aussi se demander s’il n’y a pas quelque rapport entre ce caractère et un autre qui n’est guère moins singulier : c’est que le Christianisme ne possède pas non plus l’équivalent de la partie proprement « légale » des autres traditions ; cela est tellement vrai que, pour y suppléer, il a dû adapter à son usage l’ancien droit romain, en y faisant d’ailleurs des adjonctions, mais qui, pour lui être propres, n’ont pas davantage leur source dans les Écritures mêmes (5). En rapprochant ces deux faits d’une part, et en se souvenant d’autre part que, comme nous l’avons fait remarquer en d’autres occasions, certains rites chrétiens apparaissent en quelque sorte comme une « extériorisation » de rites initiatiques, on pourrait même se demander si le Christianisme originel n’était pas en réalité quelque chose de très différent de tout ce qu’on en peut penser actuellement ; sinon quant à la doctrine elle-même (6), du moins quant aux fins en vue desquelles il était constitué (7). Nous n’avons voulu ici, pour notre part, que poser simplement ces questions, auxquelles nous ne prétendrons certes pas donner une réponse ; mais, étant donné l’intérêt qu’elles présentent manifestement sous plus d’un rapport, il serait fort à souhaiter que quelqu’un qui aurait à sa disposition le temps et les moyens de faire les recherches nécessaires à cet égard puisse, un jour ou l’autre, apporter là-dessus quelques éclaircissements.

 

1 — La version des Septante et la Vulgate.

2 — Cette simple remarque au sujet de la transmission orale devrait suffire à réduire à néant toutes les discussions des « critiques » sur la date prétendue des Évangiles, et elle suffirait en effet si les défenseurs du Christianisme n’étaient eux-mêmes plus ou moins affectés par l’esprit antitraditionnel du monde moderne.

3 — Cet état de choses n’est pas sans favoriser les attaques des « exégètes » modernistes ; même s’il existait des textes en langue sacrée, cela ne les empêcherait sans doute pas de discuter en profanes qu’ils sont, mais du moins serait-il alors plus facile, pour tous ceux qui gardent encore quelque chose de l’esprit traditionnel, de ne pas se croire obligés de tenir compte de leurs prétentions.

4 — Cela est particulièrement visible pour les langues sacrées où les caractères ont une valeur numérique ou proprement hiéroglyphique, qui a souvent une grande importance à ce point de vue, et dont une traduction quelconque ne laisse évidemment rien subsister.

5 — On pourrait dire, en se servant d’un terme emprunté à la tradition islamique, que le Christianisme n’a pas de shariyah ; cela est d’autant plus remarquable que, dans la filiation traditionnelle qu’on peut appeler « abrahamique », il se situe entre le Judaïsme et l’Islamisme, qui ont au contraire l’un et l’autre une shariyah fort développée.

6 — Ou, peut-être faudrait-il plutôt dire, à la partie de la doctrine qui est demeurée généralement connue jusqu’à nos jours ; celle-là n’a certainement pas changé, mais il se peut qu’en outre il y ait eu d’autres enseignements, et certaines allusions des Pères de l’Église ne semblent même guère pouvoir se comprendre autrement ; les efforts faits par les modernes pour amoindrir la portée de ces allusions ne prouvent en somme que les limitations de leur propre mentalité.

7 — L’étude de ces questions amènerait aussi à soulever celle des rapports du Christianisme primitif avec l’Essénianisme, qui est d’ailleurs assez mal connu, mais dont on sait tout au moins qu’il constituait une organisation ésotérique rattachée au Judaïsme ; on a dit là-dessus bien des choses fantaisistes, mais c’est encore là un point qui mériterait d’être examiné sérieusement.

 

(René Guénon, Aperçus sur l’ésotérisme chrétien, À propos des langues sacrées)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

charpentier 08/06/2014 19:07

Quelques précisions sur la numération pythagoricienne :


QUESTIONS DE NUMERATION
Une des objections le plus courantes aux diverses opérations numériques exposées jusqu’ici, dans "Le Panthéon" et qui semble même en ruiner l’idée, est l’impossibilité de les réaliser au moyen de ce que nous appelons les “chiffres romains“.
Il est en effet évident que des nombres symétriques, “auto-additifs“, palindromes, etc *. et qui font même intervenir la notion de zéro ( ! ), sont à première vue d’un anachronisme criant. On ne peut pourtant en nier l’utilisation continuelle par nos Anciens, à côté de la numération alphabétique des Grecs ( elle-même empruntée aux Phéniciens ).

La seule réponse possible à ce dilemme est donc qu’ils devaient disposer d’une numération comparable à la nôtre, c’est à dire décimale et positionnelle. Notre histoire n’en a pourtant gardé aucune trace, puisqu’elle fait remonter nos “chiffres arabes“ à une époque bien plus récente, comme celle de Fibonacci.

Mais on peut avancer sans risque d’erreur que les Pythagoriciens
utilisaient , outre les “nombres figurés“ sur l’abaque ( ou “table
de Théon“ ) ** et la numération vulgaire ( romaine ou littérale), deux types de numérations sur lesquelles le secret était bien gardé,
De l’une, la plus ancienne, et qui était composée d’idéogrammes, comme l’est encore celle des Chinois, on pourra se faire une idée par le traité de Plutarque sur le E de Delphes ( voir notre annexe)..



* Par exemple, le double carré des Géorgiques a pour diiagonale le palindrome √5445, dont les deux symétriques 54 et 45 ont pour somme 99. D’autre part, le module 33 se retrouve sous des formes comme 3300, 3003, 333 etc. qui en expriment les modalités de façon purement emblématique, et aucunement quantitative. En chiffres romains 5445 s’écrirait VMIVCIVLV, et
L IV n’est en rien le symétrique de XLV.
** Voir Arturo Reghini, Les Nombres Sacrés.





Pour l’instant, occupons-nous donc de la numération ésotérique dont nous avons déjà donné tant d’exemples.
Officiellement, l'histoire des chiffres arabes:se résume à peu de chose. On ignore l'époque précise à laquelle ils s'introduisirent en Occident. Les plus anciens manuscrits où on les reencontré ne paraissent pas remonter au-delà du XI ème siècle. En tout cas, la forme la plus archaïque est conque sous le terme apices du "Pseudo-Boèce".
Celui-ci se réfère d’ailleurs à Nicomaque de Gérase, un Pytagoricien
du IVème s. ce qui nous fait déjà remonter bien plus haut dans le temps.

Mais pour confirmer ce qui devrait déjà être évident, nous disposons
d'une source bien plus fiable. C’est un fait historique, parfaitement incontestable celui-là, et dont les implications sont considérables..

En 27 avant notre ère, Auguste (Empereur depuis 25) reçut une ambassade indienne qui produisit un effet profond.
Et d’abord sur le peuple, ébloui par l’or et l’ivoire de ces Gangarides .*
Mais que dire des “échanges culturels“ encore bien plus éblouissants dont devait bénéficier le “cercle d’Auguste", exclusi vement composé de Pythagoriciens !
Même s’ils n’en avaient aucune connaissance plus ancienne - ce que dément le travail de Virgile - c’est en tout cas à cette occasion qu’ils purent découvrir nos “chiffres arabes“, dont chacun connaît l’origine indienne.




* Voir Géorgiques III, 26-27 et Enéide VI,, 794.. Comme toujours, cette ambassade était présentée comme l’hommage d’une nation périphérique venant s'axquitter du tribut. C’est ainsi que l’emperur de Chine recevait les délégations européennes. Il y eut d’autres ambassades indiennes sous Hadrien et Antonin le Pieux. On sous-estime trop souvent les contacts, pourtant réguliers, que les Anciens entretenaient aved des civilisations fort éloignées.

charpentier 08/06/2014 19:07

Quelques précisions sur la numération pythagoricienne :


QUESTIONS DE NUMERATION
Une des objections le plus courantes aux diverses opérations numériques exposées jusqu’ici, dans "Le Panthéon" et qui semble même en ruiner l’idée, est l’impossibilité de les réaliser au moyen de ce que nous appelons les “chiffres romains“.
Il est en effet évident que des nombres symétriques, “auto-additifs“, palindromes, etc *. et qui font même intervenir la notion de zéro ( ! ), sont à première vue d’un anachronisme criant. On ne peut pourtant en nier l’utilisation continuelle par nos Anciens, à côté de la numération alphabétique des Grecs ( elle-même empruntée aux Phéniciens ).

La seule réponse possible à ce dilemme est donc qu’ils devaient disposer d’une numération comparable à la nôtre, c’est à dire décimale et positionnelle. Notre histoire n’en a pourtant gardé aucune trace, puisqu’elle fait remonter nos “chiffres arabes“ à une époque bien plus récente, comme celle de Fibonacci.

Mais on peut avancer sans risque d’erreur que les Pythagoriciens
utilisaient , outre les “nombres figurés“ sur l’abaque ( ou “table
de Théon“ ) ** et la numération vulgaire ( romaine ou littérale), deux types de numérations sur lesquelles le secret était bien gardé,
De l’une, la plus ancienne, et qui était composée d’idéogrammes, comme l’est encore celle des Chinois, on pourra se faire une idée par le traité de Plutarque sur le E de Delphes ( voir notre annexe)..



* Par exemple, le double carré des Géorgiques a pour diiagonale le palindrome √5445, dont les deux symétriques 54 et 45 ont pour somme 99. D’autre part, le module 33 se retrouve sous des formes comme 3300, 3003, 333 etc. qui en expriment les modalités de façon purement emblématique, et aucunement quantitative. En chiffres romains 5445 s’écrirait VMIVCIVLV, et
L IV n’est en rien le symétrique de XLV.
** Voir Arturo Reghini, Les Nombres Sacrés.





Pour l’instant, occupons-nous donc de la numération ésotérique dont nous avons déjà donné tant d’exemples.
Officiellement, l'histoire des chiffres arabes:se résume à peu de chose. On ignore l'époque précise à laquelle ils s'introduisirent en Occident. Les plus anciens manuscrits où on les reencontré ne paraissent pas remonter au-delà du XI ème siècle. En tout cas, la forme la plus archaïque est conque sous le terme apices du "Pseudo-Boèce".
Celui-ci se réfère d’ailleurs à Nicomaque de Gérase, un Pytagoricien
du IVème s. ce qui nous fait déjà remonter bien plus haut dans le temps.

Mais pour confirmer ce qui devrait déjà être évident, nous disposons
d'une source bien plus fiable. C’est un fait historique, parfaitement incontestable celui-là, et dont les implications sont considérables..

En 27 avant notre ère, Auguste (Empereur depuis 25) reçut une ambassade indienne qui produisit un effet profond.
Et d’abord sur le peuple, ébloui par l’or et l’ivoire de ces Gangarides .*
Mais que dire des “échanges culturels“ encore bien plus éblouissants dont devait bénéficier le “cercle d’Auguste", exclusi vement composé de Pythagoriciens !
Même s’ils n’en avaient aucune connaissance plus ancienne - ce que dément le travail de Virgile - c’est en tout cas à cette occasion qu’ils purent découvrir nos “chiffres arabes“, dont chacun connaît l’origine indienne.




* Voir Géorgiques III, 26-27 et Enéide VI,, 794.. Comme toujours, cette ambassade était présentée comme l’hommage d’une nation périphérique venant s'axquitter du tribut. C’est ainsi que l’emperur de Chine recevait les délégations européennes. Il y eut d’autres ambassades indiennes sous Hadrien et Antonin le Pieux. On sous-estime trop souvent les contacts, pourtant réguliers, que les Anciens entretenaient aved des civilisations fort éloignées.